Quelles sont les origines de l’alimentation vivante ?

Depuis des millions d’années, nous sommes physiologiquement constitués pour assimiler une nourriture naturelle et simple à base de végétaux, de fruits et de quelques graines et légumineuses. Avant de découvrir l’usage du feu, les humains consommaient la nourriture de façon crue. L’art de la cuisine date de 10 000 ans environ, ce qui à l’échelle de l’humanité est assez récent ! Nous avons grâce au feu pu survivre à l’ère glaciaire et nos civilisations se sont développées grâce à la chasse et à la culture des céréales. La cuisson fût également très utile pour détruire les bactéries pathogènes et aider à l’assimilation de certains aliments.

 

Ainsi au fils des périodes de l’Histoire nous nous sommes adapter à notre environnement… mais ce n’est pas pour autant que nos systèmes digestifs ont évolués ! Et depuis l’ère industrielle (qui a démarré au 18ème siècle) nous n’avons cessé d’altérer la planète en appauvrissant les sols d’une part…En effet selon le microbiologiste Claude Bourguignon, il y a 50 ans en Europe, on trouvait 2 tonnes de vers de terre à l’hectare. De nos jours on en trouve à peine 50kg. Aussi il y 6 000 ans il y avait 3 fois moins de désertification sur la planète ! Tout ça à cause de l’agriculture conventionnelle et des mono cultures. D’autre part nous n’avons cessé ces 30 dernières années de dénaturer nos habitudes alimentaires en tombant notamment dans les excès de consommation (trop de plats cuisinés, de viande et de produits laitiers notamment)

Aujourd’hui, le régime crudivore et végétalien est devenu un sujet fort passionnant. Il se fonde sur le mécanisme de base des fonctions digestives de notre organisme et porte un message d’espoir pour refertiliser les sols, préserver l’eau de la planète et développer des forêts fruitières.

Depuis la Préhistoire, l’appareil digestif de l’être humain n’a pas subi de transformation, nous avons toujours les mêmes intestins, le même estomac etc. L’homme et la femme ont à vrai dire le même patrimoine génétique (à 1,2% près) que les chimpanzés ! Et en fait la différence se situe dans l’apparence extérieure… car l’être humain a exactement le même système digestif qu’un primate ! Nous sommes en conséquence constitués pour le même type d’alimentation… Et comme tout le monde le sait, le chimpanzé ne mange ni viande, ni fromage ; ne cuit pas son pain et ne rajoute pas de sel, de vin ou de sucre à son alimentation. Il se nourrit uniquement de fruits, de plantes et occasionnellement mange quelques petits insectes. Et quand il vit en liberté, le chimpanzé est rarement malade et ignore les maladies cardiaques, le diabète, etc. Contrairement aux carnivores comme le lion dont l’intestin est très court (ce qui lui permet de digérer aisément la viande) et contrairement aux granivores comme la poule qui possède un gésier (qui aide à broyer les graines picorées), nous avons pour notre part un intestin qui mesure (une fois déroulé) 12 fois la longueur de notre corps ! C’est pour cela que lorsque nous consommons de la viande, celle-ci putréfie dans le côlon car elle est trop difficile à digérer et elle produit alors des déchets toxiques acides que notre foie et nos reins peinent à éliminer… En ce qui concerne nos mains et nos canines idem nous ne sommes pas « armés » comme les carnivores…

Si nous ne sommes pas des carnivores instinctifs, nous ne sommes pas pour autant des herbivores faits pour brouter de l’herbe… Les vaches quant à elles ne possèdent ni incisives ni canines, mais uniquement des molaires et elles se servent de leur grande langue pour arracher l’herbe. Et surtout le lait de la vache consommé régulièrement et depuis tant de générations par l’homme ne lui est vraiment pas adapté… De facto déjà nous ne sommes pas des veaux et en plus le lait de vache contient des protéines ayant une structure moléculaire trop importante pour une bonne assimilation, ainsi que de nombreux acides gras saturés responsables du mauvais cholestérol qui obstrue nos artères et se trouve à l’origine de la plupart des maladies cardiaques. De nombreuses études récentes ont également rapporté que le lait causait nombreuses pathologies comme par exemple l’arthrose, la fatigue chronique, l’asthme ou les sinusites.

Une image vaut 1000 mots...
Une image vaut 1000 mots...

Plus récemment, au début du 20ème siècle le docteur Gerson réussit à se soigner et à soigner de nombreux malades grâce à une alimentation crue. Il est connu aujourd’hui pour son livre intitulé « A cancer therapy ». Puis une étude datant des années 30, faite par Paul Kouchakoff de l’institut de chimie de Lausanne vînt reconnaître que notre système immunitaire ne reconnaît pas les molécules cuites. (appelé le phénomène de leucocytose digestive) En effet les leucocytes (globules blancs) vont lors de la consommation d’un aliment cuit, se multiplier pour lutter contre ses molécules anormales considérées comme des « agresseurs » entrainant alors une fatigue après les repas, lors de la digestion.

Catherine Kousmine, la doctoresse suisse d’origine russe née en 1916 et décédée en 1992 consacra elle aussi la majeure partie de sa vie à étudier la diététique. Elle est surtout célèbre pour sa recette de la crème Budwig (qui contient notamment des huiles pressées à froid et des céréales complètes non raffinées). Plus récemment le professeur et docteur Seignalet s’efforça de mettre en lumière les liens entre l’alimentation et les cancers, son ouvrage L’alimentation ou la 3ème médecine paru en 1996 insiste beaucoup sur l’usage et l’intérêt d’une alimentation crue.

 

Du côté outre-atlantique Ann Vigmore et Viktoras Kulvinkas ont été pionniers dans les expériences avec la Raw Living Food, ce sont eux qui ont par exemple mis en avant l’aspect thérapeutique des jus d’herbe de blé. En 1956 ils fondent le Hippocrates Helth Institute où sont enseignées les bases de l’alimentation vivante. Le centre est depuis dirigé par Anna Maria et Brian Clement et accueille chaque année des milliers de personnes souhaitant guérir de maladies graves ou renforcer le système immunitaire. Robert Morse, naturopathe et herboriste accrédité a également au cours de ses 40 années de pratique fortement promu la consommation d’une nourriture crue et végétalienne. Depuis 1974, il dirige deux cliniques en Floride et enseigne l’importance de la détoxification et de la régénération cellulaire. Enfin nous pouvons également citer le docteur et athlète de haut niveau Douglas Graham , auteur du célèbre livre The 80 10 10 Diet. Il prône dans cet ouvrage une alimentation principalement frugivore. A travers ses conférences et consultations, il a aidé de nombreuses personnes à perdre du poids et à retrouver la santé.

Pour revenir à l’historique de l’apparition de l’alimentation crue, plusieurs traces d’écrits sur la vie des Esséniens (une communauté qui vivait sur les bords de la Mer Morte deux ou trois siècles avant Jésus Christ et dont celui-ci faisait partie) relatent que ce peuple consommaient principalement des graines germés et des végétaux crus. Ces manuscrits retrouvés entre 1947 et 1956 révèlent également que les Esséniens jouissaient d’une bonne santé et d’une surprenante longévité.

Ainsi c’est véritablement aux États-Unis et surtout en Californie (berceau des mouvements sociaux et révolutionnaires) que l’alimentation vivante commença à faire parler d’elle... Depuis le début des années 1990 des bars à jus et smoothies, des cafés et restaurants dédiés à la raw food ont fait surface , invitant les américains à découvrir le pouvoir curatif des aliments vivants. En 2008, à Montréal, David Côté et Mathieu Gallant ouvre les portes du restaurant Crudessence qui est connu dans le monde entier et leur livre paru en 2011 fût un des premiers livres en français de recettes de crusine :-)

 

En France, le pionnier en matière d’alimentation crue fût certainement Guy-Claude Burger d’origine suisse, qui démarra le mouvement de l’instinctothérapie au début des années 80. Et depuis ces cinq dernières années, l’alimentation crue s'est fait connaître grâce notamment au blog Vegan’bio et à la chaîne Youtube de Thierry Casanovas. Depuis plusieurs années, il existe même un magazine entièrement dédié à l’alimentation vivante, Le Chou Brave ! Bref vous l’avez compris, la raw food a le vent poupe à présent en France et c’est bien cool, depuis 2009 que je me nourris ainsi et que j’attends ça !!