Superfood d'Amérique du Sud : l'Acérola


L’Acérola ou cerise des Incas, provient d’un arbre du même nom originaire d’Amérique latine. On le trouve en particulier au Pérou, au Brésil, aux Antilles et aux Caraïbes. Elle ressemble à une petite cerise et elle est devenue célèbre dans le monde, grâce à sa très haute teneur en vitamine C. Les Indiens d’Amazonie l’utilisaient à l’origine pour combattre les troubles hépatiques, la grippe, la fièvre, les diarrhées et même les empoisonnements et morsures de serpent. Au Brésil par exemple l’Acérola est traditionnellement consommée sous forme de jus frais, et elle peut aussi être mangée fraîche (comme le font les singes naturellement !)

 

En plus de sa haute teneur en vitamine C (15 à 30 fois plus que l’orange), cette baie contient également de nombreux antioxydants, ainsi que des vitamines 1, B6, B1, du phosphore, du fer, du magnésium et du calcium. Contrairement à de la vitamine C de synthèse, la vitamine C qu’elle contient est facilement bio-assimilable.

 

La prise d’Acérola est très utile par sa grande action anti-infectieuse : pour prévenir et combattre les maladies saisonnières (grippe, angine, rhume…), pour soulager les convalescents de longue durée, mais aussi pour augmenter le tonus physique et nerveux de tout un chacun. En plus comme elle est anti-antioxydante elle participe également à la prévention des cancers et à la détoxination des polluants, toxines et autres métaux lourds. Enfin elle peut aussi jouer un rôle important sur la croissance des jeunes enfants et leur développement (os, dents, articulations…) et à ce titre elle peut également être utile et secourable en cas de fracture…

  

Son utilisation sous forme de poudre est très pratique et elle est tolérée par la plupart des personnes. En cure elle est particulièrement intéressante, à raison de 3 à 5 grammes par jour par exemple sur une période de 3 semaines.

 

Contre-indications : les seuls effets secondaires constatés sont des diarrhées passagères qui correspondent souvent au fait que l’Acérola engendre des réactions de nettoyages importants. Dans ce cas, il faut bien sûr diminuer un peu la posologie. Pour les femmes enceintes, il n’y a pas de contre-indication notoire au contraire c’est un fruit que l’on peut recommander (à faible dose).