L'achillée millefeuille

De la famille des Urticacées (Achillea millefolium), l’achillée millefeuille est une plante vivace originaire d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord, qui s’est répandue dans toutes les régions tempérées du globe. On en récolte les parties aériennes durant toute la période de floraison (du milieu de l’été jusqu’à l’automne). L’origine de son nom provient de l’histoire d’Achillle qui lors du siège de Troie, fut mortellement blessé au talon par la flèche empoisonnée du beau Pâris, la déesse Aphrodite lui conseilla d’utiliser cette plante pour calmer ses souffrances… On l’appelle aussi herbe aux charpentiers… En effet elle a la propriété d’arrêter le sang (hémostatique). C’est la panacée contre les plaies, les contusions, les crevasses et les hémorragies superficielles. Elle est également antiseptique. C’est un peu le mercurochrome et la teinture d’iode réunis des prés et des champs !

 

Elle mesure environ 60cm de haut et sa tige est velue et cannelée. Ses feuilles sont longues, étroites et très finement découpées, d’où son nom de millefeuille… Ses fleurs en capitules, sont jaunes au centre et blanches sur le pourtour.

 

L’achillée millefeuille est également un bon tonique des voies digestives, ainsi qu’un antispasmodique et calmant du cœur ; elle est recommandée aux personnes sujettes aux angines de poitrine et aux douleurs du thorax. De plus elle agit sur le cycle de la femme et aide à régulariser les menstruations.

 

En interne on peut l’utiliser sous forme de tisanes, en cas de crampe gastrique, intestinale ou biliaire, à raison de 10 à 20g de plante dans 50cl d’eau bouillante. (n’en préparez qu’un petite quantité à la fois car ce breuvage noircit à la lumière !)

 

En usage externe, pour les coupures, crevasses, piqures d’insectes, on peut préparer à l’aide de suc frais des compresses en broyant les feuilles et les fleurs et en extrayant le jus ; ou en laissant macérer pendant plusieurs semaines les feuilles et les fleurs dans une solution alcoolisée.