La bourrache officinale

La bourrache, de la famille des Borraginacées, tire son nom du latin burra signifiant « étoffe grossière ». Elle provient d’Afrique du Nord et elle a gagné toute l’Europe et l’Amérique, tantôt cultivée et tantôt échappée des jardins. Ses feuilles épaisses et velues et à 5 pétales en forme d’étoile d’azur. Utilisée depuis le Moyen Age, elle est sudorifique (fait baisser la fièvre) et rafraichissante. Elle est donc utile en cas de rhume et de grippe.

 

Dans le cas d'eczéma, l'acide gamma-linéolique des fleurs de bourrache qui contient des propriétés anti-inflammatoires et apaisante calmera les rougeurs et démangeaisons. Elles peuvent également participer à la guérison de l'herpès ou de psoriasis. Sous forme d'une huile, on confère aux fleurs de bourrache les vertus suivantes :

  • Amélioration de l'élasticité et de la souplesse de la peau,
  • Retardement du vieillissement prématuré de l'épiderme et de l'apparition des rides,
  • Accélération de la pousse des cheveux,
  • Renforcement des ongles cassants ou dédoublés,
  • Aide à la cicatrisation de certaines éraflures ou brûlures superficielles.Il est très facile de cultiver la bourrache au jardin : il lui faut une terre épaisse, bien fumée et bien exposée au soleil.

On peut manger les feuilles de la bourrache exactement comme des épinards et on peut utiliser ses fleurs pour agrémenter des belles assiettes de crudités. On peut également consommer les fleurs de bourraches sous forme de tisanes (action sudorifique et calmante) en mettant une poignée de plante et de fleurs dans un litre d’eau et en laissant infuser quelques minutes… 

 

Attention la présence d’alcaloïdes pyrrolizidiniques dans les tiges et la feuille, potentiellement toxiques pour le foie, doit limiter son utilisation à une consommation occasionnelle. (pas de présence dans les fleurs et dans l’huile cependant)