A propos du Baobab

Le Baobab est un des arbres africains les plus connus. Il tient son nom de l’arable « bu hibab » qui signifie fruit à nombreuses graines. C’est un arbre au tronc massif ; adulte, il peut atteindre 25 m de haut et il est reconnaissable à son tronc renflé pouvant atteindre une circonférence impressionnante de 12 mètres. D’ailleurs sa forme originale (surtout en hiver quand il est dépourvu de feuilles), font dire à certains qu'il a les racines à l'envers. Une légende dit que les dieux se seraient aperçus le dernier jour de la création qu'ils avaient oublié de planter le baobab et qu'ils l'auraient jeté du ciel !

D’une croissance lente, il a une longévité exceptionnelle pouvant atteindre 2000 à 3000 ans. Ses fleurs blanches et pendantes éclosent à la tombée de la nuit et se fanent au petit matin. Elles émettent un parfum puissant qui attire les chauves-souris qui profitent du nectar, tout en assurant la pollinisation !

On dit que la graine de baobab ne peut germer que si elle a préalablement passée par l'estomac d'un éléphant. Seule, elle ne germe pas. Si bien que le destin du baobab est étroitement lié à celui de l'éléphant d'Afrique…lorsque ce dernier disparaîtra, le baobab le suivra.

Les fruits du baobab sont comestibles et les jeunes pousses et les racines sont consommées comme des asperges. L’écorce est fibreuse, grise et lisse ; elle est utilisée comme fébrifuge et aussi à la fabrication de cordes d’instruments de musique, de liens, de filets, de nattes et de teinture rouge. Le bois est mou et spongieux. Les graines du baobab se consomment grillées. Elles sont très nourrissantes. On s’en sert également pour remplacer le café. On en extrait encore une huile alimentaire. Riches en phosphate, les graines sont utilisées pour la fabrication de savon et d’engrais.

Les feuilles de baobab sont riches en protéines et minéraux (calcium, fer, potassium, magnésium, manganèse, phosphore et zinc). Elles peuvent se consommer bouillies. Au Sénégal, le « lalo » est une poudre de feuilles de baobab séchées que l’on incorpore aux céréales ou aux sauces, notamment lors de la préparation du couscous de mil. Les feuilles sont utilisées en décoction dans des tisanes médicinales et contre le paludisme. Ses feuilles ont des vertus médicinales éprouvées : on y trouve de la gomme et du mucilage, très efficaces pour lutter contre la dysenterie. Elles sont diurétiques, diaphorétiques, toniques et généralement utilisées contre la fièvre, la diarrhée, la dysenterie, les coliques, le lumbago ou l’ophtalmie, le ver de Guinée, les infections urinaires. Leur efficacité dans le traitement de l’asthme est aussi prouvée. Les écorces fébrifuges traiteraient le paludisme, l’inflammation du tube digestif, la carie dentaire, le rachitisme, l’anorexie et le lumbago. Les racines fortifiantes sont indiquées dans le traitement du paludisme.

Par sa richesse nutritionnelle, la poudre de baobab est particulièrement adaptée aux enfants car elle apporte un grand nombre de vitamines, minéraux et acides aminés, indispensables à une croissance harmonieuse. De plus son action anti-inflammatoire est utile pour accompagner le traitement médical de certaines maladies rhumatismales (arthrose, arthrite), et on y retrouve également beaucoup d’antioxydants (caroténoïdes, vitamine C, polyphénols, flavonoïdes) qui sauront prévenir le vieillissement et soulager diverses maladies auto-immunes. La poudre de baobab est aussi un pré-biotique de grande qualité grâce à sa haute teneur en fibres solubles.

La poudre de baobab au goût très acidulé et rafraichissant peut par exemple être mélangée à de l’eau sucrée avec du sucre de fleur de coco dont le goût de caramel complète parfaitement la saveur acidulée de la pulpe… En plus la poudre est très peu calorique et à index glycémique bas, étant donné qu’une grande partie des glucides sont en fait des fibres (pectines).