Bonjour à vous et bienvenue !

Je m'appelle Carole et j'habite le charmant village alsacien d'Obernai, où j'ai grandi (Ottrott plus exactement !) entourée des traditions gastronomiques de cette région... et où je suis retournée m'installer fin 2014.

En 2009, j'ai découvert la raw food, ou alimentation vivante et wow quelle révélation ! J'étais déjà végétarienne depuis plusieurs années, je mangeais très peu de produits laitiers, et bien sûr, j'étais fan des Biocoops. Mais avec l'alimentation crue végane vraiment ma vie a été métamorphosée ! Fin 2011, lors de mon deuxième voyage en Inde, j'ai suivi une formation de Raw Food Chef avec Kate Magic et après avoir travaillé comme vendeuse et conseillère dans différents magasins biologiques de 2012 à mai 2017, je démarre à présent l'animation d'ateliers et de cours de crusine (la cuisine dans une version crue !) en Alsace (à Bernardswiller). Je travaille aussi de temps en temps sur des salons bios avec Sol Semilla (spécialiste des superaliments d'Amérique du Sud).

Le pROJET lucigaiah

Mon souhait est de démarrer très prochainement une activité de fabrication d'aliments déshydratés à moins de 42°C, végétaliens et certifiés bio avec des ingrédients locaux dans la mesure du possible. J'aimerais confectionner et commercialiser 3 sortes de mets :

 

1 / Les Cuirs de fruits, vous connaissez ? C'est délicieux, ce sont simplement des purées de fruits crus que l'on fait sécher à basse température (42°C), puis que l'on transforme sous forme de bonbons sains et sans aucun sucre ajouté !

 

2/ Les Rhosties la version Raw'kn roll    des hosties, c'est à dire des biscrus de forme carré. Ce sont des mets séchés à basse température et à base de graines de lin, graines de tournesol, amandes (pré-germées et émondées au préalable) et de légumes locaux (carottes, céleri, tomates, courgettes... ), et des herbes aromatiques comme le persil, la livèche, ou/et des plantes sauvages et locales selon la saison et la disponibilité (comme l'ortie ou la passerage des champs par exemple), avec quelques épices comme le curcuma, le poivre, le cumin et bien sûr un peu de sel. Ils sont une alternative saine aux pains à base de céréales et peuvent être mangés seuls ou accompagnés d'un pâté végétal par exemple...

 

3/ La Poudre de Lucigaïette, (et non la poudre d'escampette ! ) Il s'agit d'une poudre élaborée avec les "chutes" de la préparation des rohsties (ceux-ci étant réalisés à l'aide d'un emporte pièce...). C'est donc exactement la même composition mais sous forme pailletée, à saupoudrer sur divers plats salés...

 

Pourquoi l'alimentation vivante ?

La cuisine crue et végane consiste à préserver le plein potentiel énergétique des aliments. En effet une nourriture trop cuite, trop salée, trop sucrée et trop raffinée contribue à fatiguer et à déminéraliser l'organisme. En revanche l'alimentation vivante évite toute cuisson à une température plus élevée que 42° afin de préserver les enzymes et les nutriments contenus dans les aliments, ce qui permet au corps de se revitaliser, de se nettoyer, de s'hydrater et de nourrir les cellules en profondeur. Au menu d'un(e) crudivore : fruits crus ou séchés, légumes crus ou lactofermentés, herbes sauvages, algues, légumineuses et céréales germés, laits végétaux à base de noix, graines et oléagineux, algues, huiles de première pression à froid, jus frais de fruits, d'herbes et de légumes et superaliments (comme la spiruline, ou les graines de chia, ou la poudre de maca, etc.) A vrai dire ce régime alimentaire est bien plus un style de vie qu'une diète car la plupart du temps les personnes se mettent à s'intéresser au cru et à s'interroger sur leur alimentation lors d'une prise de conscience plus élargie et plus profonde de leur état de santé et de celui de la planète.

En ce qui me concerne, l'alimentation crue surtout frugivore est celle que je préfère et c'est le cas pour beaucoup des amoureux de la Vie et de la Nature... Et c'est d'ailleurs pour cela que la plupart migrent vers de chaudes contrées comme le Costa Rica ou la Thaïlande par exemple... ! Car OUI manger directement sous un arbre un fruit gorgé de cadeaux divins, c'est vraiment croquer le Soleil à pleines dents !

Le TOP 5 de mes fruits préférés sont les figues, les cerises les ananas, les mangues et le durian. Et vous ?

Pourquoi le nom de Lucigaïah ?

Lucie = la lumière et la lucidité et Gaïa = la Terre-Mère... Et la lettre "h" à la fin a été choisie en référence aux anges qui ont dans certaines traditions des noms qui finissent soit en "ël" comme Michaël ou en "ah" quand ils ont plus une connotation féminine... En effet je souhaite inviter chacun(e) à se comporter le plus possible tels des anges incarné(e)s, qui sont conscients de leurs choix alimentaires et qui sont lucides s'agissant de notre impact écologique sur Terre... C'est aussi un rappel à moi-même pour renouveler sans cesse mon propre engagement dans ce sens.  Le projet Lucigaïah c'est aussi le rêve de tendre le plus possible vers une "Terre de Lumière", où chacun(e) pourrait être la meilleure version de lui-même et partager son savoir-faire de façon fraternelle avec le reste du monde... Où les humains auraient leur conscience profondément ancrée dans le coeur et non dans leurs instincts physiques, ou dans leur mental calculateur, ou dans leur psyché égotique... Et où l'humain se soignerait en conscience et en toute responsabilité avec l'aide des plantes , des esprits de la nature 🍀et de ses frères et sœurs... ✋

Plus de détails sur mon parcours

Née le 17 novembre 1981 à Strasbourg, j'ai vécu jusqu'à mes 3 ans à Ostwald, puis mes parents ont déménagé aux pieds de la belle montagne Odile. J'ai suivi l'ensemble de ma scolarité à Ottrott, puis à Obernai... Dès l'âge de 11 ans j'ai eu la chance d'être sensibilisée au crudivorisme grâce à ma professeur de danse. Mais à l'époque je ne comprenais pas vraiment sa démarche et je préférais les bons plats typiquement alsaciens de ma maman et je vénérais le jambon de Parme dont je raffolais dès le petit-déjeuner... Et j'adorais les moments passés certains weekends au Mac Donald de la place des Halles, avec mon petit frère et mon cousin chéri, ainsi que beaucoup d'anniversaires fêtés là-bas en compagnie de mes copines de  classe.

Une fois mon bac en poche, j'ai pas mal voyagé et résidé dans plusieurs villes de France (Angers, Paris, Grenoble, Bourges) et un peu à l'étranger aussi (Irlande, Suisse, Inde)... Les premières années passées entre Paris et Angers, je continuais de manger n'importe comment (beaucoup de junk food toujours et de produits laitiers et de pâtisseries)...

En 2003 heureusement j'ai passé les portes du premier magasin biologique que j'ai connu (la biocoop CABABIO à Angers) et petit à petit j'ai découvert cet univers à part entière... J'ai surtout lu un livre qui m'a profondément touchée (Ces maladies crées par l'homme écrit par le Professeur Dominique Belpomme). J'ai alors compris à quel point la société actuelle était en perdition et que l'espèce humaine elle-même était menacée d'extinction !

C'est véritablement en 2005 que j'ai opéré mes premiers changements alimentaires en déménageant sur *Grenoble* et en rencontrant plusieurs personnes qui ont su être de fabuleux témoins et exemples d'un mode de vie alternatif ! Alors vraiment Grand merci à Georgette, Louise, Letitia, Andréa, Claudie et Carine la fondatrice (entre autres...) du Chou Brave. Et bien sûr merci à Philippe le merveilleux producteur de fruits chez qui j'allais faire le plein tous les samedis matins au marché Hoch ! Et bien sûr aussi, bravo et merci à mes copains Murielle et Jorge ;-) Et encore bien sûr bravo et merci à Victor, Jean-Luc, Jean-Yves et Danny avec qui nous avions créer l'AMAR... !

La transition avait donc démarré pour moi et ce fût une incroyable révolution personnelle. Je lisais et me documentais beaucoup bien sûr sur la diététique mais aussi sur l'écologie, les médecines douces etc.  Début 2006, je suis devenue végétarienne et j'ai arrêté de fumer quasiment en même temps.

Enfin au retour d'un premier voyage en Inde fin 2008 et suite à beaucoup de transformations intérieures et à la lecture d'un livre sur l'alimentation vivante , je suis passée à un mode végétalien et aussi je me suis décidée à changer de voie professionnelle (à l'époque je travaillais comme secrétaire pour différents cabinets juridiques). Je me suis mise alors à étudier toutes les offres de formations dont je pouvais entendre parler et qui m'intéressaient (du yoga à la danse thérapie en passant par la naturopathie et le shiatsu). C'est aussi pendant cette période que j'ai découvert l'alimentation crue grâce à une amie, et aussi parce que j'avais rapporté de mon premier voyage en Inde un livre à ce sujet...

En 2010 j'ai finalement opté pour démarrer une formation de yoga mais un déménagement et des changements dans ma vie personnelle ont fait que j'ai dû stopper les cours au bout d'un an...

 

J'ai donc commencé en 2009 à me nourrir de façon crue et végétalienne (de façon exclusive en y allant à fond dans ce nouveau mode alimentaire qui s'offrait à moi) et j'ai alors beaucoup repensé à ma professeur de danse... Et j'ai enfin compris son enthousiasme pour les bananes et les carottes et son engouement pour la cause animale ! Et surtout d'où lui venait toute cette énergie et cet enthousiasme dont elle faisait toujours preuve !

A cette époque mes sources d'inspiration étaient surtout des vidéos de Youtubeurs, principalement en anglais. Je regardais beaucoup Dan the Life Regenerator, et The Raw Food World.  J'avais même démarré ma propre chaîne Youtube : AmeVaillante TV Show  ! Elle n'existe plus aujourd’hui, j'ai préféré tout supprimer... Bref passons, ce serait bien trop long à vous raconter !

 

Kate Magic a bien sûr été (et reste) une importante source d'inspiration dans mon apprentissage de la crusine et surtout de l'utilisation des superfoods. C'est une des premières personnes à avoir sorti un livre sur le cru et le véganisme en France (Certains l'aiment cru aux éditions Terre Vivante).

En 2012, j'ai petit à petit réintroduit un peu de cuit dans ma façon de me nourrir, en hiver surtout et pour ne pas trop m'enfermer socialement. Je m'étais également rendue compte que je me prenais quand même souvent la tête pour rester cru à 100% (et à quoi bon manger sainement tout en étant stressé ? me diriez-vous...) De plus il est souvent difficile et onéreux de manger uniquement cru dans certaines régions de France...  Et surtout j'ai réalisé grâce à la pratique de la méditation solaire que l’alimentation était certes la base d'une bonne hygiène de vie mais que l'équilibre physiologique et psychique d'une personne ne se résumait pas qu'à ça...

Aujourd'hui je dirais que je mange à 80 % cru. Je n'ai jamais pu, ou eu besoin, de remanger de la viande ou du poisson ; il m'est certainement arrivé de manger très occasionnellement lors d'invitations chez des proches ou de sorties au restaurant un peu de lait ou d’œufs, mais c'est quelque chose que j'évite grandement. Sans être dogmatique et tout en restant le plus possible dans le non jugement, il est cependant clair pour moi que l'ère végane c'est aujourd'hui que nous devons nous y mettre tous (j'entends dans les pays occidentaux, car évidemment allez dire ça à des gens qui n'ont rien à manger... ) Bref au risque de froisser certains : c'est une des clés indispensables pour retrouver une santé optimale dans nos corps physiques, et pour guérir notre planète de tant de dérives et de trouver enfin la paix entre chaque être humain.

Enfin et certainement surtout j'ai aujourd'hui à cœur de me rendre en Afrique, au Gabon plus exactement et d'y séjourner plusieurs mois dans l'année pour initier un projet de ferme en agroécologie dans ce pays. J'aimerais élaborer des recettes en utilisant des produits locaux de là-bas, comme le Moringa (un arbuste qui est très riche en nutriments), et des mangues, des noix de coco... et préparer sur place des mets déshydratés comme des chips de bananes plantains, des wraps de coco (des crêpes déshydratées à base de noix de coco fraîche et mixée) et les revendre en France etc. Bref c'est un peu plus un plan sur la comète, un rêve. Alors je compte sur vous car... Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin !


Merci, Carole

(août 2017)